L’existence des biens-aimés d’Allah

L’existence des biens-aimés d’Allah (awliyah)

imagesTWKXI0ZN

« Il est avec vous ou que vous soyez. Allah observe parfaitement ce que vous faites. » Coran 57/4

Introduction

Là ou nous sommes Allah est présent avec nous. Notre attitude doit être constamment respectueuse et vigilante à Son égard, puisqu’Allah se trouve avec nous n’importe ou. Le lieu ou l’ont se trouve fait donc partie de la proximité Divine. Même si nous ont n’en n’a pas conscience, du fait que l’on ne se trouve pas en état d’adoration. Et lorsque l’on est en pleine acte d’adoration comme la prière ou autre acte cultuelle, cela veut dire que nous sommes entrés dans une proximité particulière.

En effet, lorsqu’on est dans un lieu et qu’ en plus on y lie un acte d’adoration, ont nomme ce lieu maison d’Allah (mosquée). Le fait d’avoir lié ce lieu à Allah, cela est devenue une proximité particulière.
« Il est avec vous ou que vous soyez », donc peu importe le lieu car il n’y a pas de précision. « Allah observe parfaitement ce que vous faites » , à tout moment, et peu importe notre état car il n’y a pas de précision. Donc si nous savons que c’est ainsi, ont doit prêter attention et ne pas se négliger dans le comportement et dans les actions.
Puisqu’il y a des proximités qui sont particulières, la chose la plus particulière à laquelle ont lie Allah, c’est un homme de Dieu. Et le plus grand des ces hommes c’est notre prophète Muhammad . Il y a aussi dans ces particularités les héritiers du prophète Muhammad, et encore parmi eux chacun en degré de ce qu’ils ont acquis du prophète.
Le fait de respecter tout les prophètes, cela inclut le respect envers le prophète Muhammad parce-que ce sont des représentants. Si ont les honorent et si ont les respectent, cela inclut notre relation, notre comportement et notre respect envers le prophète. Il faut savoir alors que cela est accepter auprès d’Allah. Car en réalité c’est qu’une seule chose. C’est pour cela que ce sont les prophètes qui ont été les premiers à avoir représenter le prophète Muhammad avant son apparition.
Puisqu’il n’est pas rester indéfiniment sur terre, le prophète Muhammad nous a laisser ces représentants, jusqu’à celui qui le représente dans notre génération.

Le prophète a dit: « Le bien est en moi et en ma nation jusqu’au jour de la résurrection »
« Nous avons élevé certain d’entre eux au rang de chef spirituel pour les diriger selon notre ordre. » sadjda verset 24
 » Muhammad n’a jamais été le père de l’un de vos hommes, mais le messager d’Allâh et le dernier des prophètes. Allâh est Omniscient. » Coran
Allâh a bien marqué la différence en disant qu’il est le dernier des prophètes, mais n’a jamais dit qu’il est le dernier des messagers. Allâh a ainsi rapproché Muhammad le sceau des prophètes à la prophétie seulement, mais pas au message.
Si une personne rencontre un héritier représentant du prophète , et qu’elle a la conviction intime que sa en est un, et que authentiquement c’est un représentant du prophète c’est un bien. Mais si elle voit un autre dont elle a plus confiance, mais qu’il s’avère que c’était celui dont elle n’a pas compris et dont elle n’est pas proche qui est réellement un héritier représentant du prophète en son temps, il y a un grand risque pour cette personne.
Pourquoi? Parce-que la notoriété ou la station a un jugement particulier. (voir article: Les hommes de grande détermination: http://lejardindefatimazahra.com/2013/07/01/les-hommes-de-grande-determination/). Les mécréants ne pensaient pas que le prophète Muhammad était un prophète, un représentant d’Allah, mais pourtant c’était bien lui. Pareillement pour les awliyas (les saints). Si ont manque de respect au wali (saint) qui est un représentant, ce mal aura des conséquences qui vont augmenter « Quiconque montre de l’hostilité à mes awliyas, Je lui déclare la guerre. » hadith qoudsi. C’est pourquoi le bon comportement, le respect et la politesse sont des choses importantes, et que les shouyoukhs (pluriel de cheikh) éduquent seulement.
La plupart des hommes ne regardent que du coté du bas-monde et de ses détenteurs. Ils ne s’interressent ni à la pauvreté, ni aux pauvres. Il y en a certains qui fuient lorsqu’ils voient un saint qui ne possède rien de ce bas monde, et il ne l’approche pas du tout. Ils disent : « Si cet homme là était un saint il serait riche et non pauvre! Il n’a rien pu faire pour lui même comment pourrait-il être utile aux autres? »
Ces hommes ne savent pas que le wali est celui qui ne possèdent rien en ce monde, qu’il est riche par Allah et qu’il lui suffit. Sidi ‘Ali Khawas (qu’Allah l’aggré) disait:« Si la plénitude de l’appel à Allah Le Très haut, se mesurait à l’acceptation unanime de leurs hommes, l’envoyé d’Allah et les prophètes avant lui (paix sur eux), leurs peuples ont cru en eux et Allah par Sa bonté les a guidés tandis que les autres privé de Sa grâce ont été rendu malheureux par Allah Le Très Haut, par Sa justice. Et étant donné que les saints et les savants suivent les pas du prophète , qu’ils prennent pour modèles à suivre, les hommes sont divisés en deux catégories, une qui croit et ajoute foi, et une qui nie et mécroit. Tout cela s’est passé avec les envoyés d’Allah. C’est ainsi qu’Allah réalise les héritages. Ainsi ne croit en eux et n’ajoute foi à l’authenticité de leurs connaissances et de leurs arcanes que celui qu’Allah veut rattacher à eux, ne serait-ce qu’après un certains temps. Quand au négateur, qui les traitent d’imposteurs, il sera tenu loin de leurs présences et Allah lui ajoutera à cause de cela une malédiction » « …Je lui déclare la guerre » hadith qoudsi.

 

La croyance à leurs prodiges (karamat)

L’imam des pieux prédécesseurs Abou Dja’far at Tahawi (qu’Allah lui fasse miséricorde) dit dans son ouvrage de croyance (al ‘aquida at Tahawiya): « Nous croyons aux prodiges produits par les saints, ainsi qu’à ce qui y est rapporté avec authenticité à leur sujet. »
La croyance aux prodiges des saints, est un point de dogme obligatoire dans la doctrine des gens de la sunna et du groupe (ahlou sunna wal djama’ah): la bonne croyance (‘aquidatou saliha). Les seuls à s’y opposer sont les gens de l’innovation.
L’imam an Nawawi (qu’Allah lui fasse misericorde) dit dans son ouvrage (bustan al ‘arifin): Allah t’ala a dit: « N’est t-il pas vrai que les protégés d’Allah (awliyas) ne connaissent ni la peur , ni l’affliction? Et ceux qui ont eu la foi sont prémunis, la bonne nouvelle est annoncée dans la vie de ce monde et dans l’ultime demeure. Les décisions d’Allah sont irréversibles, telle est la réussie sublime. » coran 10/62-64. Sache que la doctrine des adeptes de la vérité stipule l’affirmation de l’existence des prodiges (karamat) des saints, et soutient qu’ils existent, qu’ils sont réels et qu’ils continuent à toutes les époques. Ceci est attesté par les preuves de la raison et les textes scripturaires tout à fait clairs à ce sujet. S’agissant des preuves dans la raison, c’est que quelque chose qui peut exister et dont l’existence ne contredit aucun fondement de religion. Or ce qui est en Sa puissance peut se réaliser et s’accomplir. Quand aux texte scripturaire, il existe plusieurs versets et hadith qui l’attestent. »

 

Récits du Coran et hadith concernant leurs existences

D’après Abou hourayra: « J’étais un jour chez le prophète . Il me dit: « Dans un instant un homme va venir à moi par cette porte, il fait partie des sept par lesquels Allah protège les habitants de la terre. » « Voici qu’un éthiopien arriva par cette porte. Il était chauve et avait le nez coup. Il portait sur sa tête une jarre d’eau. L’envoyé d’Allah dit: « Abou Hurayra c’est lui! » Il lui dit alors par trois fois: « Bienvenu à Yasar ». Cet homme arrosait la mosquée et la balayait, c’était le jeune serviteur de Moughira ibn Chu’ba. » (cité par Suyuti. Hadith validé)
D’après ‘Ubada ibn Samit: « Les abdals sont aux nombres de 30 dans cette communauté, leurs cœurs sont en affinités avec celui d’Ibrahim (paix sur lui), l’intime du Miséricordieux. Chaque fois que l’un d’entre eux meurent, Allah le remplace par un autre. » (cité par Ahmd ibn Hanbal. hadih authentique).
Commentaire
Cheikh ‘Alawi (qu’Allah lui fasse miséricorde): « Pour tout prophète, il existe une catégorie de personnes de la communauté de Muhammad dont le cœur est en affinité avec lui. Ces gens qui existent à chaque époque sont au fond les interlocuteurs de cette apostrophe Divine. Ils sont en effet les plus qualifiés pour accomplir cette mission d’ordonner le bien et d’interdire le mal. Façonnés pour cela de toute éternité, ils tiennent naturellement les qualités que cette fonction exige. Pour ma part, je pense qu’en général, ces personnes n’existent que parmi les gens de l’invocation. » (extrait: lettre ouverte à ceux qui critique les soufisme, p25)
Al Djunayd (qu’Allah lui fasse miséricorde): « Allah ne laisse pas la terre dépourvu de ses saints, ni dénuée de ceux qu’Il aime, car c’est grâce à eux qu’Il protège ceux qu’Il maintient en vie, et c’est grâce à eux qu’Il conserve ceux à qui Il donne l’existence. »

« Quiconque manifeste de l’hostilité à l’un de mes awliyas (élues, bien aimés), Je lui déclare la guerre. Mon serviteur ne cesse de se rapprocher de Moi par une chose plus méritable à Mes yeux que l’accomplissement des obligations que Je lui ai imposer. Mon serviteur ne cesse de se rapprocher de Moi par des œuvres surérogatoires jusqu’à ce que Je l’aime. Et lorsque Je l’aime, Je deviens l’ouïe par lequel il entend, l’œil par lequel il voit, la main par laquelle il agit, et le pied par lequel il marche. » Hadith Qoudsi

Et cela est un hadith authentique du prophète auquel nous y croyons tous. Le prophète savait très bien de quoi il parlé à ce moment là. Tous les pieux prédécesseurs ont accepté ce hadith qui figure dans le sahih d’Al Bukhari.

1. Quiconque manifeste de l’hostilié à l’un de mes awliyas, Je lui déclare la guerre.
El Fakihani a dit: « C’est là une métaphore éloquente, car celui qui déteste ce qu’Allah aime, aura contredit Allah, et celui qui contredit Allah se sera rebellé contre Lui, et celui qui se rebelle contre Allah, Allah le fera périr. Si cela est confirmé en matière d’animosité, il est aussi en matière d’amitié, puisque celui qui prend comme amis les bien- aimés d’Allah, Allah l’honorera. »
Ce qui veut dire en autres termes: « Quiconque prend un de mes walis parce que il est wali, Je le choisi et fais de lui un wali » Et Allah l’attire vers ce wali pour le faire accéder à Lui, vers Sa présence.

2. Mon serviteur ne cesse de se rapprocher de Moi par une chose plus méritable à Mes yeux que l’accomplissement des obligations que Je lui ai imposer… jusqu’à ce que Je l’aime.
Dans ce hadith, Allah dit: « Mon serviteur » donc cela concerne tout monde, les gens comme nous, car les paroles du prophète sont apportées à toute la communauté.
Cette purification citée, c’est ce qui nous manque aujourd’hui. Se rapprocher d’Allah par des nafilas (œuvres surérogatoires). Mais cela reste une porte ouverte et ce dons est devant nous. Le serviteur doit accepter qu’il peut se rapprocher d’Allah par des actes surérogatoires jusqu’à ce qu’Allah l’aime. « Et prosternes-toi et rapproches-toi » Coran 96.
Dans une autre tradition Allah dit: « Si il (le serviteur) se rapproche de Moi d’un empan, Je me rapproche de Lui d’une coudée. Si il s’approche de Moi d’une coudée, Je m’approche de Lui d’une brasse. Si il vient à Moi en marchant, je viens à lui en accourant. » Cette course, représente ce rapprochement pour venir vers Allah et cette marche ici, exprime l’entrer du serviteur dans la dernière étape de son voyage spirituelle.

3. Lorsque Je l’aime, Je deviens l’ouie par lequel il entend, l’oeil par lequel il voit, la main par laquel il agit, et le pied par lequel il marche.
Le summum de l’adoration, c’est de devenir un serviteur sincère et pure d’Allah. Notre amour ne se dirige que vers Lui, n’éprouve rien dans le cœur d’autre que Lui. On sait à chaque instant comment ont doit agir pour Allah; et le prophète était comme cela.

l’œil: « Craignez la perspicacité spirituelle du croyant car il voit par la lumière d’Allah » hadih
Sidna Umar (qu’Allah soit satisfait de lui), dailleur connu pour faire partie des inspirés, en pleine khoutba (sermon) du vendredi dans la mosquée du prophète à Madina Mounawara, alors que tout les musulmans étaient présent à ce moment là, il a interrompu son sermon en disant: « Sariya la montagne! la montagne! » Alors que Sariya était en expédition pour aller combattre avec l’armée musulmane qui se trouvait à des milliers de km. Il a entendu la voix de ‘Umar. Et par cette cause, les musulmans ont pu gagner la bataille . Ce dernier raconta à son retour, qu’il avait entendu la voix de sidna ‘Umar et compris la menace, c’est ce qu’il l’a fait décidé a contourner la montagne pour prendre l’ennemi à revers. Pourtant, sidna ‘Umar n’était pas un prophète, mais il a eu la clairvoyance Divine. Et ceci n’est pas une particularité, ou un don uniquement destiné à Umar mais c’est accessible pour tout les serviteurs. « Mon serviteur »

La main:
Au temps du prophète Souleimane (paix sur lui), Allah dit: « Qui d’entre vous pourra m’emmener le trône de la reine de Saaba avant qu’elle n’arrive elle même ici? Un djinn dit: Je vous l’apporterai avant que vous ne vous leviez de votre place, pour cela je suis fort et digne de confiance. Quelqu’un qui avait une connaissance du livre dit: Je vous l’apporterai avant que vous n’ayez cligné de l’œil » coran 39 verset 27. Pourtant, cet homme n’était pas un prophète, ni un djinn comme le prouve le Coran. « Je deviens la main par lequel il saisit » Cette main a eu la capacité de déplacé un trône lointain à une vitesse extraordinaire et bien plus, car elle était accompagnée de la puissance Divine, car Allah l’aime.

Sayidatunna Mariam (paix sur elle). Allah dit: « Secoue vers toi le tronc de ce palmier afin d’en faire tomber sur toi des dattes mures » coran 19 verset 25. Il faut avoir de la force surhumaine pour pouvoir secouer un tronc de palmier, surtout pour une femme sur le point d’accoucher. A ce sujet, l’imam Abou Ma’ali al Juwayni, a dit comme l’affirme unanimement les savants, que Mariam (paix sur elle) n’était pas une prophétesse mais qu’elle était une sainte et juste comme Allah l’a indiqué.

Parmi ces autres prodiges, elle était aussi capable de faire apparaitre des fruits hors saison « Chaque fois que Zackariya pénétrait chez elle dans l’oratoire, il y trouvait des vivres. D’où te viens cela? lui demanda t-il? « Cela vient d’Allah. Il pourvoit qui Il veut sans rendre de compte » Coran 3 verset 37

Le récit des 3 croyants coincés dans une grotte. Ils ont été assisté par l’aide Divine, en se rappelant chacun un acte qu’ils avaient voués exclusivement à Allah. Ils ont fait une invocation au nom de cet acte de pure adoration, et le rocher qui bouchait l’entrée de la grotte s’est déplacé par trois fois afin de libérer le passage.

La sourate al Kahf (la caverne), mentionne le prodige de plusieurs byzantins (rum) qui se sont endormis dans une grotte durant 309 ans sans manger, ni boire.

Le récit de l’homme qui a tués 100 personnes, et qui voulait se repentir en allant voir un connaissant. En mourant sur le chemin du repentir, il a accompli un prodige. En effet, les anges se sont disputés à son sujet, à savoir si il méritait le paradis ou l’enfer. Ils ont juger son cas en mesurant la ville la plus proche de son corps, soit celle des péchés, soit celle du repentir, et la ville ou il a voulus se repentir s’est rapprochée de son corps, par voie terrestre et non spirituelle. Cet homme n’était pas un prophète, mais il a accompli ce prodige. Hadith unanimement reconnu authentique

Mais, parmi les dons les plus précieux et prodigieux, il y a la vision du prophète Muhammad à l’état de veille et non en rêve. On rapporte qu’elle a eu lieu par de nombreux saint de la oumma dont.
Bukhari et muslim, rapporte et d’autres compilateurs, ont rapporté que le prophète a dit: « Quiconque me voit en rêve, me verra à l’état de veille et satan ne peut pas prendre ma forme. » Ce hadith annonce clairement que le musulman peut voir le prophète alors qu’il est éveillé.

L’imam as Suyuti dans son ouvrage (nuzul ‘Isa fi akhiri zama) (la descente de ‘Isa (Jésus) à la fin des temps) » « Beaucoup de maitre de la science religieuse s’accorde à considérer que le prodige dont bénéficie le saint consiste en autre à voir le prophète, à le rencontrer à l’état de veille, à recevoir de lui la part qui lui est allouée en matière de connaissance spirituelle et de dons. »

On rapporte ce prodige de maitre comme sayidi Abou al Hassan ash Shadhili, Shaykh Abdal ‘Aziz ad Dabbagh, ou plus récemment du maitre Aboul ‘Abbas at Tidjani, ainsi ainsi que beaucoup d’autres, qu’Allah les sanctifie tous.

Conclusion

Si certaines personnes n’ont pas eu l’interprétation de ces hadiths, qu’elles acceptent qu’Allah a donné à d’autres cette interprétation, et qu’ils l’ont saisit. Il faut s’éloigner de l’orgueil, et accepter cela. Car l’acceptation est le point de départ.
Le maitre Abou al Hassan Ash Shadhili (qu’Allah lui fasse miséricorde) a dit: « Allah a toujours éprouvé cette noble communauté (les soufis) par l’existence des gens qui en particulier disputaillent. Rare sont en effet, ceux qui parmi ces derniers auxquels Dieu ouvre le cœur pour qu’ils puissent croirent encore en un wali donné. Ils se contente de dire: « Nous savons qu’Allah a des amis (awliyas) et des proches qui existe bel et bien mais ou sont-ils? » Et dés que tu leur indique quelqu’un, ils se mettent à le dénigrer, à lui dénier le privilège qu’Allah lui a accordé. Laissant ainsi libre cours à leurs diatribes, ils s’évertuent à vouloir montrer qu’il n’est point d’être un amis d’Allah, ne sachant pas que les qualités du wali ne peut être reconnu que par un wali. Comment alors un non wali peut-il nier la wilaya (sainteté) de quelqu’un?  Méfie- toi donc chère frère de ceux qui se caractérisent ainsi. Fuis leur assemblée comme ont fuit une bête féroce! Qu’Allah par Sa grâce et Sa générosité, nous compte, toi et moi, parmi ceux qui croit en ses awliyas et ajoute foi en leurs enseignements! » « La loi d’Allah pousse les hommes contre Ses prophètes et ses amis (awliyas) au début et à la fin de leurs avènement à chaque fois que leurs cœurs se détournent d’Allah Le Très Haut. L’homme est mis à l’épreuve selon le degrés de sa foi. »

Wa salam

Cet article a été publié dans Le Tassawuf. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour L’existence des biens-aimés d’Allah

  1. KANOUTE Bacoumba Brahim dit :

    Cet article m’a beaucoup plus.Je crois fermement à l’existence des Awliyas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s